Une note d’humour avec La récréation de Mozart

image dsc

Cette entrevue est réalisée en collaboration avec la Salle des nouvelles du programme d’Études journalistiques de l’Université de Sudbury et La Slague du Carrefour francophone.

Une récréation remplie de rires!

Entrevue réalisée par Edréa Fechner, étudiante au programme d’Études journalistiques de l’Université de Sudbury.

La récréation de Mozart est un spectacle pour les tout-petits qui plaira aux plus grands. Un concert théâtral piano, violon et clarinette dans lequel le petit Mozart fait des siennes avec sa grande sœur. Le spectacle est présenté au Collège Boréal le samedi 25 janvier 2014 à 11 h.
La Slague a eu la chance de s’entretenir avec Amélie Fortin qui joue rôle du personnage principal du petit Mozart.

La Slague : Vous êtes pianiste, mais dans ce spectacle vous jouez le rôle du personnage principal, le petit Mozart. Comment est-il?
Amélie Fortin : Le petit Mozart, il est très espiègle et aime beaucoup faire des farces. En fait, dans le spectacle, il doit faire son devoir. Il doit composer thèmes et variations, mais il veut tout faire sauf son devoir. Donc, il va taquiner sa sœur, manger des bonbons, et il court partout. Finalement, il finit par faire son devoir quand même.
La Slague : Vous êtes une adulte, comment faites-vous pour jouer le petit Mozart, entrer dans la peau du personnage d’un enfant ?
A. F. : Je sais que j’ai un côté très enfant, puis j’aime beaucoup rire, faire des folies. Donc, ça n’ pas été trop difficile d’entrer dans le rôle du personnage. C’était plutôt dans le jeu théâtral que c’était un défi parce que nous sommes des musiciens, et on n’a pas nécessairement de la formation de comédien. Donc, le défi c’est d’intégrer la musique à nos mouvements, puis là on a des costumes et on a des déplacements à faire quand on joue des fois. C’était plus ça le défi de jouer le rôle d’un enfant.
La Slague : L’histoire de Mozart en est une sérieuse, mais le spectacle a un aspect comique, voire très dynamique, comment réussissez-vous à avoir cet équilibre ?
A. F. : L’auteur, François Racine, a vraiment fait en sorte qu’on apprenait des choses. C’est pédagogique parce qu’il y a des informations qui sont données, mais tout se passe par l’humour. Donc, je pense que c’est lui, grâce à son génie d’auteur qu’on réussit à comprendre les notions musicales et théoriques sans que ce soit plate. Les personnages sont assez drôles, puis il y a toutes sortes de moments comiques. C’est aussi une comédie de situation.
La Slague : Comme vous l’avez mentionné, il y a de la pédagogie, qu’est-ce que les enfants apprennent pendant le spectacle ?
A. F. : Probablement que Mozart est un compositeur très connu. Ils reconnaissent souvent des pièces qu’ils ont déjà entendues et ils ne savaient pas que c’était Mozart. Après, l’histoire est basée sur les variations de Ah ! vous dirais-je, Maman (Twinkle, twinkle little star), les enfants la reconnaissent. Ils apprennent la différence entre un thème et une variation. C’est aussi pour présenter aux enfants la clarinette. Parce qu’on a un troisième personnage qui arrive pendant le spectacle qui amène son nouvel instrument, qui est la clarinette.
La Slague : À propos de la personnalité du jeune Mozart, qu’est-ce que les enfants apprennent ?
A. F. : Je pense qu’ils apprennent qu’il est très drôle, très fou. C’est un peu l’image qu’on se faisait de lui lors de la sortie du film Amadeus. Ils apprennent aussi que c’est quelqu’un qui composait, qui s’inspirait un peu de n’importe quoi pour composer et que parfois il partait d’une idée et qui jouait avec ça. Ils apprennent aussi qu’il improvisait, et s’amusait beaucoup avec son entourage et avec les objets qui l’entouraient. C’était un grand génie!
La Slague : Quelles sont les réactions des enfants et de la foule lorsqu’ils regardent le spectacle ?
A. F. : Des fois, c’est très drôle parce que souvent ils crient et rient fort, et parfois on a de la difficulté à enchaîner nos répliques parce que ça prend trop de temps pendant qu’ils rient. Ou par exemple, il y a un moment où je mange des bonbons en cachette et ils crient à ma sœur   « Hé ! il mange des bonbons, il mange des bonbons ! ». Les enfants dévoilent parfois les punchs et ils essaient de nous aider pendant nos scènes. C’est très drôle de voir leurs réactions, mais c’est enrichissant de sentir qu’ils s’amusent.
La Slague : Comment sont les relations entre Mozart et les autres personnages ?
A. F. : Mozart, avec sa sœur, il est très espiègle et il aime beaucoup la taquiner. Dans le fond, les parents sont partis pendant presque une heure puis la grande sœur garde son petit frère et elle essaie d’être responsable, d’être sérieuse, et qu’il n’y ait pas trop de bordel dans la maison. Entre Mozart et sa sœur, c’est plutôt, comme on peut l’imaginer, un frère et une sœur qui se chicanent. Entre Marie-Anne, la sœur, et Anton, le clarinettiste, il y a une petite relation amoureuse qui se développe pendant le spectacle. Ça, les enfants trouvent ça drôle. Et, entre moi et Anton, c’est mon ami. Donc, moi je suis impressionné par son instrument. On est comme des chums de gars.
La Slague : Si vous aviez à décrire le spectacle en une phrase, que diriez-vous ?

A. F. : C’est vraiment l’fun, c’est un spectacle pour les enfants et aussi pour les grands qui peuvent l’apprécier. La Récréation de Mozart, c’est absolument génial ! (rires)

Publicités

A propos salle des nouvelles

La salle des nouvelles est le laboratoire des étudiants du programme d'études journalistiques de l'Université de Sudbury.
Cet article, publié dans Entrevue, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s