Un roman de Marie Cardinal sur scène 

Une critique d’Eric Fournier

Le vendredi le 27 février, j’ai eu le plaisir de voir Une vie pour deux, présentée au Théâtre du Nouvel-Ontario. La pièce est une adaptation du roman du même titre de Marie Cardinal, mise en scène par Alice Ronfard, la fille de Marie Cardinal, et interprétée par Jean-François Casabonne, Violette Chauveau et Rachel Graton. La pièce raconte une histoire, inspirée par des évènements réels vécus par Marie Cardinal et son mari. Simone et Jean décident de partir en vacances en Irlande. Pendant leur séjour, Jean trouve le cadavre d’une jeune femme nommée Mary, échoué sur la plage. Cet événement déclenche un épisode de réflexion face à leurs vies respectives et à leur relation. 

La pièce est étonnante pour une multitude de raisons, particulièrement le décor et l’éclairage, qui étaient simples, mais très efficaces, ainsi que le jeu impeccable de Rachel Graton qui interprète Mary, la morte. Le décor est composé d’une grosse plateforme de béton, avec la trace d’un corps humain creusée au milieu, créant non seulement une place pour une comédienne de pouvoir s’y coucher, mais aussi donnant l’impression que quelque chose est manquant quand il est vide. Autour de cette plateforme, plusieurs chaises sont installées et utilisées par les comédiens. En arrière, un panneau change de couleurs, parfois lentement, parfois très vite, toujours parfaitement synchronisé avec le jeu des comédiens. Le décor, étant si simple, devient très efficace, créant un espace flou et non identifiable dans lequel les comédiens peuvent créer plusieurs atmosphères et lieux où l’action peut se passer.

Quant au jeu des comédiens, c’est Rachel Graton qui se démarque comme comédienne remarquable. « Exceptionnel » n’est pas un mot assez puissant pour décrire sa performance dans cette pièce. La performance de l’interprète de Mary, la fille morte, est très technique, avec des mouvements très allongés, qui lui donnent l’air d’être dans un état de balance entre l’éthéré et le concret. Souvent, elle ressemble à un personnage animé d’un film de Tim Burton. 

Tout compte fait, c’est une pièce intéressante qui met en vedette une comédienne extraordinaire dans une scénographie impressionnante. Parfois semblant un peu longue, avec quelques bouts répétitifs et inutiles, Une vie pour deux est quand même assez bien écrite. 

Publicités

A propos salle des nouvelles

La salle des nouvelles est le laboratoire des étudiants du programme d'études journalistiques de l'Université de Sudbury.
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s