Documenter la vie des nouveaux arrivants : un abus des relations publiques ?

Amélie Cyr

*Cet article est publié dans le cadre du cours Perspective critique : médias et société

Depuis quelques mois, les médias sont saturés en nouvelles, en photos et en vidéos concernant les réfugiés syriens arrivés au Canada. Que ce soit sur les médias sociaux, les nouvelles à l’écran ou à la radio, on parle sans cesse de ces nouveaux arrivants au pays. Les médias semblent négliger les informations au sujet du processus d’immigration. Ils mettent toute leur attention sur les familles syriennes dans leur quotidien. La surexposition du quotidien des nouveaux habitants est priorisée, ce qui cause un manque de diversité dans les nouvelles.

160216-wy4p7-famille-syrienne-windsor-sn1250-jpgCette surexposition des arrivants risque d’amener les citoyens à oublier ou à ignorer l’origine de la crise en Syrie puisqu’on en parle très peu dans les médias. Avec l’attention médiatique dirigée constamment sur les réfugiés syriens, les médias omettent de parler des nouvelles plus pertinentes et essentielles qui auraient permis au public d’avoir une meilleure compréhension et perspective de la situation mondiale. Le public doit prendre en considération que de nombreux facteurs incitent les médias à concentrer leur attention sur les nouveaux arrivants au pays.

Les réfugiés arrivés au Canada sont maintenant traités comme des célébrités. Ils deviennent des vedettes qui se retrouvent souvent suivies par des reporters, des journalistes et des caméras. La couverture médiatique de leur vie au Canada est documentée autant par les médias francophones que par les médias anglophones, les médias sociaux, la radio et la télévision. On retrouve des centaines de vidéos et de photos qui circulent en ligne depuis le moment où les réfugiés ont été officiellement accueillis au pays jusqu’à aujourd’hui. Mais toute cette attention est-elle réellement justifiée ?

Les nouvelles concernant les réfugiés syriens au Canada ne sont plus vraiment des nouvelles. L’utilisation actuelle des médias devient un outil promotionnel pour le pays plutôt qu’un médium pour transmettre de l’information. Les messages à propos du quotidien des nouveaux arrivants, comme des vidéos d’enfants syriens qui glissent dans la neige pour la première fois ou encore une famille de Syriens qui visitent un restaurant Tim Hortons, perdent leur valeur journalistique et deviennent plutôt des messages qui mettent en valeur l’initiative du gouvernement canadien. Les photos, les vidéos et les articles manquent d’éléments informatifs; ce sont plutôt des messages propagés en grande quantité qui semblent tirés directement d’une stratégie de relations publiques.

Ces messages promotionnels, qui s’apparentent à une forme de propagande, viennent en quelque sorte justifier à la population canadienne et mondiale le succès du processus d’accueil. Mais est-ce la vraie raison ? Quelle est la justification derrière l’abus des relations publiques ? Est-ce une stratégie pour renforcer l’appartenance et la fierté canadienne en démontrant au grand public les accomplissements de leur pays ? Jusqu’à quel point les médias persisteront-ils à couvrir et documenter les moments de la vie privée des nouveaux arrivants ?  En somme, cette couverture médiatique persistante des nouveaux arrivants syriens ressemble de plus en plus à une stratégie empruntée directement des relations publiques plutôt que d’un véritable effort journalistique de simplement rapporter les nouvelles aux citoyens.

Publicités

A propos salle des nouvelles

La salle des nouvelles est le laboratoire des étudiants du programme d'études journalistiques de l'Université de Sudbury.
Cet article, publié dans Chronique, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s