De la manipulation au menu

originalEdréa Fechner

*Cet article a été publié dans le cadre du cours Perspective critique : médias et société

Un mercredi, lors de ma pause dîner, une employée du service alimentaire de l’Université Laurentienne, Aramark, m’a approché pour essayer de me vendre un plan de repas pour étudiant. J’étais en mi-bouchée alors qu’elle s’est excusée de m’avoir dérangée, puis elle a commencé à me poser des questions. « As-tu un plan de repas ? » Non. « Habites-tu sur le campus ? En résidence ? » Je réponds : « Oui, mais dans une résidence fédérée. » En indiquant que j’habite dans une résidence fédérée, j’avais espéré qu’elle me laisserait finir mon dîner en paix, mais non. Elle m’a appris qu’il y a un plan de repas spécifiquement pour les résidences fédérées. C’est vrai qu’à ce point j’étais un peu irritée, car c’est ma troisième année aux études postsecondaires et je n’ai jamais eu un plan de repas. Donc, je ne suis pas intéressée tout d’un coup de m’en procurer un. Je connais la manière dont le plan fonctionne, les avantages et les désavantages ainsi que les plaintes et les reconnaissances des étudiants et du corps professoral.

Dans cette situation, j’ai réalisé rapidement que l’employée voulait me manipuler ou, dans des mots plus positifs, elle voulait me convaincre de m’inscrire à ce plan. Je dois dire qu’elle a bien fait. Si j’étais un étudiant du secondaire qui voulait m’inscrire à l’université ou même une étudiante de première année, j’étudierais l’option. Cependant, je ne le suis pas et j’étais au courant des techniques qu’elle utilisait sur moi et sur les autres étudiants qui dégustaient leur dîner. Je les connais parce que j’ai récemment découvert l’œuvre de Philippe Breton intitulé « La parole manipulée » (1997) dans lequel il énumère un bon nombre de ces techniques.

En premier, la dame d’Aramark a utilisé le toucher. En s’excusant de m’avoir interrompu à mi-bouchée, elle a touché mon bras. Ce petit geste qui servait à gagner ma confiance et mon attention, m’a laissé croire que l’employée était empathique et se sentait mal de m’avoir interrompue. Je me suis donc sentie obligée de l’écouter et de lui donner deux petites minutes de mon temps.

La deuxième technique de manipulation utilisée a été la séduction démagogique, c’est-à-dire, elle m’a dit ce qu’elle croyait que je voulais entendre. Pour me vendre le produit, le plan de repas, l’employée voulait influencer mes émotions en insistant que ce plan allait réduire mon niveau de stress, car je n’aurais pas besoin de m’inquiéter de cuisiner à chaque repas chaque jour ni de faire l’épicerie. Puis, elle ajouta qu’il y a un prix spécial pour les résidences fédérées donc je n’aurais pas besoin payer aussi cher que si j’habitais dans une des résidences de la Laurentienne !

Il y a d’autres facteurs qui sont entré en jeu qui ont pu l’aider à me convaincre ou à intéresser les autres étudiants : elle s’est excusée de m’avoir dérangée, elle était une femme à caractère maternelle, elle était au kiosque seule et elle est venue vers moi et les étudiants.

La majorité d’entre nous sommes conscients qu’on se fait régulièrement manipuler pour acheter un produit ou participer à des événements, mais on n’est pas certain comment se défendre contre la manipulation. Dans le contexte universitaire, on manipule non seulement pour que les étudiants achètent des plans de repas (qui sont devenus obligatoires pour les étudiants de certaines résidences), mais aussi dans le recrutement aux activités, dans les élections étudiantes, dans les travaux scolaires, etc.

Un exemple récent est celui des élections étudiantes de l’Association générale des étudiants (AGE) de l’Université Laurentienne. Certains candidats pour les postes exécutifs voulaient manipuler le vote des étudiants en disant des faussetés au sujet d’une situation qui s’était produite. Un candidat a été accusé d’avoir dénigré un autre candidat sur les médias sociaux, mais en vérité, quelqu’un se serait servi de son compte sans permission. Dans un autre exemple, il est possible que les professeurs projettent une illusion de flexibilité en suggérant des sujets de projets pour les étudiants qui ont le choix de refuser, mais ils ne refusent pas, car c’est ce que le prof leur a recommandé. C’est ce que Breton appelle le cadrage contraignant.

Dans le même ordre d’idée, ceux et celles qui font le recrutement de participants pour des événements vont également utiliser des méthodes de manipulation pour inciter la participation à leurs activités. Certaines techniques incluent la remise d’articles gratuits (ex. : plumes, calepins, etc.), de la nourriture gratuite (ex. : pizza, café, biscuits, etc.) et même des tirages qui donnent la chance aux étudiants de gagner un prix, mais qui les obligent à remplir un formulaire avec leur courriel. Une autre méthode est celle d’approcher les personnes une à une. Il est difficile pour l’étudiant de refuser ou de juste continuer à marcher. Cependant, ces techniques perdent de leur efficacité. Même avec l’aide des médias sociaux et de la communauté pour la promotion d’événements et des méthodes de manipulation, il est extrêmement difficile d’inciter les étudiants à participer ou à s’impliquer – la seule manière garantie est de tenir une activité ou d’offrir un produit qui leur tient vraiment à cœur.

Certes, nous avons appris à résister à certaines manipulations. Il sera intéressant de voir quelles autres techniques nous développerons pour susciter l’intérêt des étudiants universitaires pour les produits, les activités et les événements qui les concernent.

 

 

 

Publicités

A propos salle des nouvelles

La salle des nouvelles est le laboratoire des étudiants du programme d'études journalistiques de l'Université de Sudbury.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s